Passer au contenu principal
Création de la carte cellulaire de l'utérus humain

Création de la carte cellulaire de l'utérus humain

En analysant l'utérus cellule par cellule, le projet Human Uterus Cell Atlas est parvenu à développer la carte cellulaire de l'utérus humain, un projet qui permettra de comprendre, de diagnostiquer et de traiter plus efficacement les maladies utérines telles que les fibromes, la prééclampsie ou l'endométriose.

Financé par le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne dans le but de créer la carte cellulaire de l'utérus humain, le projet auquel participent des entités du Royaume-Uni, de Suède, d'Estonie et d'Espagne s'est concentré sur une meilleure compréhension des bases de la santé cellulaire et pathologies de l'utérus humain.

Une étude de ces dimensions, dans laquelle les chercheurs ont analysé 59 échantillons de tissus de l'endomètre et du myomètre utérin, provenant à la fois de donneuses en âge de procréer (entre 18 et 42 ans) et de patientes décédées, permettra de comprendre, diagnostiquer et traiter plus efficacement les maladies utérines tels que, entre autres, myomas, la prééclampsie, l' Syndrome d'Asherman ou la endométriose.

L'étude permettra de poursuivre les recherches, de comprendre et de traiter plus efficacement des maladies telles que les fibromes, la prééclampsie, le syndrome d'Asherman ou l'endométriose. »

Coordonné par l'Institut de recherche en santé Compris, de l'Hospital Clínico de València, les chercheurs ont étudié des échantillons de patients recrutés en Estonie, au Royaume-Uni et en Espagne, pour leur caractérisation moléculaire à résolution unicellulaire, et ont réalisé une cartographie spatiale à haute résolution des cellules qui composent l'utérus.

Les techniques utilisées pour tracer la carte complète de l'utérus ont été l'analyse transcriptomique unicellulaire, l'analyse complète du génome de toutes les femmes participantes, l'analyse unicellulaire des modifications épigénétiques, l'étude spatiale de la transcriptomique cellulaire dans le tissu et l'étude spatiale de le protéome.

Grâce à ce projet, disent les responsables de la recherche, le myomètre est caractérisé avant et après la ménopause, ce qui "permettra de mieux comprendre, non seulement la physiologie utérine, mais aussi les maladies du myomètre qui, en raison du moment, ont une importance impact sur la santé des femmes.

Femmes, à vos côtés

Si vous avez besoin de plus d'informations ou souhaitez poser une question, n'hésitez pas à nous contacter :

Whatsapp: 34 934 160 606

Courriel: info@femmes.es

Prenez rendez-vous avec notre équipe

    Je suis d'accord avec le politique de confidentialité

    Cette entrée a des commentaires 0

    Votre commentaire:

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

    Ce site utilise des cookies pour vous d'avoir la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir donnez votre consentement à l'acceptation des cookies mentionnés ci-dessus et l'acceptation de notre Politique de cookiesCliquez sur le lien pour plus d'informations.les cookies plugins

    ACCEPTER
    cookies Avis
    DEMANDER UN RENDEZ-VOUS